mardi 31 juillet 2012

Un zoo en hiver, Jirô Taniguchi, Casterman


Dans ce roman graphique inspiré de sa vie, Jirô Taniguchi nous raconte les débuts éreintants d’un dessinateur de manga, Hamaguchi. Le jeune mangaka découvre un métier où un travail acharné doit accompagner un dévouement complet.
A travers son parcours, une histoire d’amour d’une grande beauté se greffe.
Hamaguchi tombe amoureux de Mariko, une jeune fille malade, qui lui donnera le courage et l’inspiration pour terminer son premier manga.
On retrouve dans ce récit d’apprentissage la poésie et la sensibilité qui caractérise les œuvres de Taniguchi.
Emouvant.


A lire si vous avez aimé
Quartier lointain, Taniguchi
Le journal de mon père, Taniguchi
Un ciel radieux, Taniguchi

Samien, le voyage vers l'outremonde, Colin Thibert, éditions Th. Magnier

Samien, un jeune homme maltraité par ses maîtres, décide de fuir, avide de liberté, et de parcourir Sarancol, le monde aux huit lunes et aux créatures étranges. Il ignore alors que durant son voyage, il fera la rencontre d'une araignée qui parle, d'amis surprenants, mais aussi d'ennemis terrifiants, il ignore qu'il deviendra riche et que son périple le mènera dans l'outremonde, au delà des huit lunes de la voûte de son univers.

Un monde digne de Terry Pratchett (les Annales du Disque monde), pour les plus jeunes, à partir de 13 ans.

lundi 30 juillet 2012

La Ballade de Sean Hopper, Martine Pouchain

Bud, abandonné par sa mère, vit avec sa grand-mère indienne dans l'Amérique profonde. Lors d'une journée banale, son quotidien se voit troublé par l'emménagement d'un voisin un peu spécial, Sean Hopper. Ce dernier est froid et violent. Il n'aime rien, ni personne. Cet homme taciturne est aussi chargé de tuer les animaux de sang froid dans les abattoirs de Springfield, il y prend d'ailleurs un certain plaisir. Il est redouté de tout le paisible comté où il habite avec sa jeune et jolie femme, Bonnie. Lassée de ses excès de violence à la suite d'un énième soir de beuverie, elle s'en va. Rempli de rage et de colère, Sean plus qu'alcoolisé prend la voiture et échappe de peu à la mort. A son réveil, c'est un tout autre homme. Sean ouvre son cœur aux autres mais personne ne le voit, sauf Bud.

Avec la tendresse, les mots maladroits et les constructions de phrases approximatives d'un enfant, ce roman captive le lecteur. Les divers stéréotypes de personnage (tels que le grand-père qui perd la tête, la coiffeuse bavarde et bonne copine, le fou de service) sont drôles et touchants. L'auteur, Martine Pouchain, a su orchestrer les événements banals de la vie quotidienne pour en faire une jolie ballade, au rythme doux et mélancolique, qui se termine sur une note d'optimisme. Ce livre qui prend parfois son temps, est une belle histoire d'amitié, d'amour et de rédemption.

Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates, Mary Ann Schuffer, Annie Barrous

En 1946, une écrivain en mal d'inspiration entreprend une correspondance avec des habitants de Guernesey, membres du cercle de littérature et amateurs de tourtes aux épluchures de patates. Elle s'attache tant aux personnages hauts en couleur qu'elle décide de se rendre à Guernesey pour y écrire un livre sur l'Occupation  dans l’île.
Ce roman épistolaire dresse des portrait  sympathiques mais surtout il nous renseigne sur les difficiles conditions de vie à Guernesey pendant la guerre.

vendredi 27 juillet 2012

La triste fin du petit enfant huître et autres histoires, Tim Burton

C'est un livre bien
Avec des personnages peu communs
Ils ont chacun des particularités
Comme la fille qui fixait, fixait, fixait
Elle a l’œil fixe
Elle regarde tout au rayon X
Ou l'enfant robot
Qui a du métal à la place de la peau
Pour récapituler
Ces enfants ont tous des difficultés
Ils doivent s'habituer à la solitude
Mais certains ont de drôles d'attitudes
Pour conclure suis bien le monde de ce poète
Qui est vraiment chouette.

Les Vies extraordinaires d'Eugène, Isabelle Monnin, éd. Jean-Claude Lattés

Eugène est né grand prématuré. Six jours après sa naissance, il meurt et sa mère devient muette de douleur. Pour lui rendre la parole, le père tente d'écrire sur la courte vie de son fils, puis ayant échoué, sur la vie qu'Eugène aurait pu avoir. Son amour pour sa femme et son enfant éphémère éclate à chaque mot.
C'est beau, bouleversant, original.

jeudi 26 juillet 2012

Poil au nez, Cécile Chartre, éd. du Rouergue

Un adolescent  attend depuis dix ans d'ouvrir une boîte que son père lui a confiée à sa mort. Il y découvre un rasoir et un mot "rase ta moustache". D'abord déçu,  Angel comprend que le message de son père le pousse à aller de l'avant et à ne pas s'accrocher à l'image de son père qui lui aussi était moustachu .
C'est un texte très court mais émouvant, partant d'un point de vue original : c'est la moustache qui rattache le père et le fils, le passé et l'avenir.

Le Festin Nu, William Burroughs, Folio

Dans Le Festin Nu (Naked Lunch), William Burroughs écrit des confessions douloureuses sur sa vie de drogué et son homosexualité frustrée. Ce roman a été rédigé pendant une époque sombre de la vie de l'auteur, lorsqu’il vivait de came et d'autres substances dans un taudis infect de Tanger.

En premier lieu, ce roman est un recueil de confessions incohérentes sans liens entre elles, pour la majorité écrites sous l'effet de drogues dures. Au delà de cette couverture insensée, l'auteur dénonce aussi les méfaits du capitalisme et la réduction des hommes à des objets économiques. Il dénonce aussi des applications de la science et de la génétique sur l'humain, notamment par des descriptions très détaillées, parfois malsaines, d'autopsies.

Il ne sert à rien de vouloir trouver un véritable sens à ce livre. Sa lecture est une expérience éprouvante, déroutante et surtout peu commune. Si l'on n'accepte pas parfois de se perdre dans les cauchemars paranoïdes de l'auteur, la lecture peut paraître laborieuse. Un petit conseil : il faut être de bonne disposition pour lire ce livre. Ne faites pas comme moi : ne le lisez pas le matin, sous peine d'être malade pour la journée...

mercredi 25 juillet 2012

Le Grand Mort, Tome 1, Larmes d’abeille, Loisel, Mallié, Vents d’Ouest


Pauline est une jeune citadine plutôt aigrie. En vacances en Bretagne, elle rencontre Erwan, un jeune homme altruiste qui détient de mystérieux secrets.
A son insu, Pauline se retrouvera au centre de ces secrets, entrant dans un univers enchanteur, entre le rêve et la magie.
Loisel nous émerveille une fois de plus avec une intrigue originale et captivante, et des personnages attachants. Les dessins de Mallié sont superbes, magnifiés par les couleurs de Lapierre.
Après Peter Pan et Magasin général, la nouvelle grande série de Loisel. Féérique.

A lire si vous avez aimé
Peter Pan, Loisel
Trois ombres, Cyril Pedrosa
La légende du Changeling, Dubois, Fourquemin

16 lunes, Kami Garcia, Margaret Stohl

Ethan rêve de Léna et finit par la rencontrer. Ils tombent amoureux. Lena finit par avouer à Ethan qu'elle et sa famille ont des dons surnaturels. Ce sont des enchanteurs. Une malédiction pèse sur eux car ils doivent choisir entre magie noire et magie blanche.
Ethan espère que l'amour sera plus fort que le destin.
Je trouve ce livre à la fois captivant mais aussi émouvant. Il y a des passages où personnellement  il n'était  pas envisageable de s'arrêter de lire. Je voudrais à tout prix savoir la suite.

lundi 23 juillet 2012

Le viandier de Polpette, Tome 1, L’ail des ours, Milhaud, Neel, Gallimard


A l’auberge du Coq Vert, Polpette cuisine pour le baron Fausto et tous les habitants du domaine.
La vie de cette petite communauté de personnages truculents se déroule paisiblement, jusqu’à l’annonce de la visite du père de Fausto. Tout le monde se prépare alors pour l’accueillir dignement.
Julien Neel, dessinateur de la série à succès Lou, nous dépeint un univers haut en couleurs pastels imaginé par le scénariste Olivier Milhaud, où les rebondissements de l’intrigue épicurienne sont entrecoupés par de délicieuses recettes qui font littéralement saliver les papilles.
Un vrai régal, dans tous les sens du terme.

A lire si vous avez aimé
Lou, Julien Neel
Chaque chose, Julien Neel
Lord of Burger, Arleston, Alwett

Loveblind, Michel Honaker

Un homme  mystérieux exerce une terrible vengeance dans les rues de Londres. Les hommes qui lui ont fait du mal sont éliminés un par un.
Je pense que cette idée de vengeance est très bien réussie : il a pu se venger de ceux qui lui avaient retiré la vie et volé sa petite fille .
Ce livre m'a plu car il n'y a pas de moment où l'histoire patine. La vengence est très bien construite. Il est bien que justice soit faite.

dimanche 22 juillet 2012

Le vent dans les saules, Tome 1, Le bois sauvage, Michel Plessix, Delcourt


Adaptée du célèbre roman de Kenneth Grahame, cette bande dessinée est un véritable bijou.
Le timide Taupe, le malin Rat, et le loufoque mais attachant Crapaud nous invitent à suivre leur balade contemplative. De la rivière si chère à rat à l’effrayant bois sauvage, en passant par le manoir du vaniteux Crapaud, les décors fourmillent de détails magnifiquement colorés et sont un régal pour nos pupilles.
Dans ce vibrant hymne à la nature, c’est avec un plaisir emprunté à l’enfance que l’on se laisse guider au fil de l’eau, écoutant tendrement le vent souffler dans les saules.

 

A lire si vous avez aimé
Le vent dans les saules, T2 à 4, Plessix
Le vent dans les sables, Plessix
Le vent dans les saules, Kenneth Grahame

Arrêtez-moi là !, Levison

Lors d'une journée visiblement banale à bord de son taxi en plein Dallas, Jeff Sutton prend en charge une course qui va le conduire dans un cauchemar sans fin. Sa cliente, faute d'argent, le somme de faire un détour jusque chez elle. En rentrant dans sa somptueuse demeure, le chauffeur touche une fenêtre...
Le soir tombé, deux jeunes autostoppeuses ivres vomissent dans son taxi. Un lavage à la vapeur s'impose...
A cet instant, il n'imagine pas ce qui va lui arriver.
Comment, suite à ces évenements, ne peut-il pas être soupçonné de l'enlèvement de la fillette de 9 ans de la riche cliente chez qui il est entré plus tôt dans la journée?
Suite à la venue des policiers, Jeff croit dur comme fer à une remise en cause de son arrestation. Il sait que justice sera faite, puisqu'il est innocent. Malheureusement, le système judiciaire est bien moins juste que ce qu'il ne pensait...

On ne s'ennuie à aucun moment dans Arrêtez-moi là !. Iain Lévison, grace à une écriture simple et épurée, nous fait une critique acide du système judiciaire américain. On se sent aussi mal que le chauffeur de taxi innocent, notamment lorsqu'il croupit dans le couloir de la mort. Bien souvent, on a envie d'intervenir dans l'histoire pour crier l'innocence du jeune homme et l'horrible machination dont il est victime. De temps à autre, le compagnon de prison, Robert, vient apporter des touches d'humour noir et cynique. Si je dois faire une critique sur ce roman, c'est sa fin un peu trop attendue.
En bref, ce roman inspiré d'une histoire vraie, dénonce les façades de la justice américaine ainsi que les enquêtes trop vite bouclées et baclées, tout cela sur fond de cynisme et d'humour cinglant.

samedi 21 juillet 2012

Les encombrants, Marie-Sabine Roger, Babel Actes Sud

Une fois encore, c'est avec une grande tendresse que Marie-Sabine Roger donne voix aux "encombrants", ces personnes devenues invisibles ou gênantes du fait de leur grand âge. La justesse de ses observations et l'humanité qui s'en dégagent nous permettent de porter un autre regard  sur les maux de la vieillesse.

Le salon de thé de l'ours malais, Rubin, Rackham

Un ensemble de récits ayant pour point commun un salon de thé, que son proprietaire appel "dispensaire pour les âmes".
On y découvre des personnages touchants, à la vie monotone ou fascinante, pleine de joies ou de peines, mais toujours avec une pointe d'optimisme.
Une bande dessinée à découvrir au plus vite !

Dômes, Tome 1, Roth-Fichet, Nicoloff, Soleil

La terre n'a pas supporté les attaques répétitives de l'homme (pollution, guerres ...), et les derniers peuples de la terre ont finit par se réfugier dans des villes-bulles, protégées par d'immenses dômes d'énergie. 
La technologie ayant évoluée, les hommes ont fini par baser leur existence sur la fabrication de machines leur servant de prolongation à leurs corps inaptes à la survie en milieu hostile.
Dans ce premier tome, nous suivons une jeune apprentie de l'académie de vol qui va découvrir que son peuple est en péril.Face aux ennemis, pourra-t-elle survivre, et sauver les siens?
Encore une série des éditions soleil qui promet de passionnantes aventures dans un monde à la Mad Max.

vendredi 20 juillet 2012

Le minotaure 504, Kamel Daoud, éditions Sabine Wespieser

Quatre nouvelles étonnantes qui oscillent entre désenchantement et accablement. Ce premier livre publié en France de Kamel Daoud, auteur par ailleurs déjà édité dans son pays natal, est à découvrir afin de porter un regard nouveau sur l'Algérie contemporaine.

Voyage aux îles de la désolation, Emmanuel Lepage, Futuropolis

Emmanuel Lepage, auteur de bande dessinée, a eu la chance de voyager jusqu'au TAAF, ces terres australes françaises situées au fin fond de l'océan indien et en bordure de l'Antarctique.
Entre carnet de voyages et bande dessinée, cet album superbe par son trait, sa maitrise des ruptures graphiques et la profondeur de son texte est à découvrir absolument . Une magnifique invitation au voyage dans ces îles françaises du bout du monde et ...en nous-mêmes.

Le bruit du givre, Mattotti, Zenter, Casterman

Réédition d'un album épuisé publié en son temps par Le seuil, le bruit du givre est une opportunité formidable pour découvrir le travail exceptionnel de Lorenzo Mattotti ce peintre, illustrateur et dessinateur de bande dessinée aux multiples lignes graphiques. Que dire de l'histoire sinon qu'elle est d'une simplicité confondante (un homme pris de remords part à la recherche de son amour passé) et qu'elle laisse libre cours, sur le magnifique texte de Zenter, aux magnifiques dessins de Mattotti.
Un album d'une poésie et d'une intensité rares.
A découvrir absolument pour tous ceux qui souhaitent explorer de nouveaux territoires en bande dessinée.

jeudi 19 juillet 2012

Sempre Susan, souvenirs sur Sontag, Sigrid Nunez


Avec Sempre Susan, souvenirs sur Sontag, Sigrid Nunez nous fait entendre la voix rebelle et militante de Susan Sontag, essayiste et romancière américaine de la fin des années 1950.
Par un portrait attachant de Susan Sontag, femme dont le tempérament énergique est peu enclin à se conformer aux règles et aussi par une réflexion sur le métier d’écrivain et l’union parfois manquée entre l’écrivain et le lecteur une fois l’ouvrage achevé.
Comment être artiste du rêve plus que critique ?
Un récit pour une vie dont l’héroïne Susan Sontag disparue en 2004 a fortement influencé la trajectoire personnelle et professionnelle de l’auteure dans la manière d’appréhender le monde et l’acte d’écrire.
Un vibrant hommage !

Cargo mélancolie, Alexandre Bergamini


Cargo mélancolie est un journal de bord poétique en deux voyages :
Hanté par la mort de son frère, le narrateur embarque sur un vieux cargo russe pour une traversée de la Mer Baltique aux Tropiques en passant par le Canal de Suez et la Mer Rouge :
« un billet-aller
pas de retour
retrouver l’ailleurs
un paysage que je porte… »

Un voyage chaotique d’un homme à la dérive où ses tourments intérieurs liés aux variations brutales de lumière et de température dans un paysage en perpétuelle mouvance imprègnent ses écrits d’une poésie sauvage d’une grande beauté.
Dans les flots parfois déchaînés, seule l’errance des oiseaux de toute espèce, des pélicans du Yemen aux fous de Bassan de l’Océan Indien, est familière.
Les êtres rencontrés lors des brèves escales dans des terres souvent en guerre souffrent de la pauvreté mais emprunts d’une grande humanité alors que le narrateur se sent « misérable ».

Le deuxième voyage au Cap Nord est celui de l’éblouissement dans les couleurs et l’acceptation de la perte « Aucun lien n’est rompu ».
La force de ce court roman tient dans la poésie rageuse des mots et dans le vocabulaire emprunté au langage du corps pour une traversée maritime intérieure.

Magasin général, Tome 1, Loisel,Tripp, Casterman


Cette agréable série raconte la vie tranquille d’un petit village de la campagne québécoise.
Dans ce premier tome, Marie, jeune veuve, reprend le magasin du village après la mort de son époux.
Loisel et Tripp nous dressent le portrait d’une femme à la fois forte et fragile, dont le destin va être bouleversé par l’arrivée d’un homme dans le village.
Amours, amants, ragots, cancans, la vie dans un petit village n’est pas toujours aussi calme que l’on pourrait le croire !
Une histoire simple mais joliment racontée, servie par de magnifiques dessins.

 
A lire si vous avez aimé
Paul à Québec, Rabagliati
Pyrénée, Loisel, Sternis
Magasin général, T2 à 7, Loisel, Tripp